Rechercher

Microfraisage

NS CNC pour les laboratoires de recherche et de développement

NS CNC produit depuis de nombreuses années diverses mini-machines CNC pour les laboratoires de recherche et de développement et les universités. Nous construisons des machines de très haute précision à un prix très abordable. Nos machines sont utilisées dans de nombreuses branches des sciences naturelles, avec différents types de fraisage, de tournage, de perçage, de traitement au laser, etc.

Fraisage d'un dispositif microfluidique

Nos machines CNC NS sont très largement utilisées pour la fabrication de puces microfluidiques. Le fraisage en canal, mesuré en micromètres, exige une très grande précision de mouvement des chariots de la machine, la solidité de la base de la machine, l’absence de faux-rond de la broche et son énorme vitesse.

Groupe de recherche du professeur Andre Simpson de l’Université de Toronto

Sur cette page, nous présentons quelques-uns des travaux publiés par le groupe de recherche du professeur Andre Simpson de l’Université de Toronto. Leur laboratoire utilise depuis de nombreuses années plusieurs fraiseuses CNC NS de haute précision à 4 et 5 axes avec broches et laser.

www.utsc.utoronto.ca/labs/asimpson

Malheureusement, nous n’avons pas la possibilité de partager les travaux d’autres laboratoires scientifiques utilisant nos machines.

Le professeur Andre Simpson examine les premières spirales de cuivre fraisées sur le Mira 6. Septembre 2017

Une spirale à 16 tours d’un diamètre extérieur de 1,5 mm a été fraisée dans du téflon recouvert de cuivre. Les tours/fils et l’espacement entre eux ont une largeur de 0,02 mm.

Une micro-bobine à 3 tours d’un diamètre intérieur de 1 mm a été fraisée à partir de téflon recouvert de cuivre. Les tours/fils et l’espacement entre eux ont une largeur de 50 µm.

L’illustration montre un résonateur à tube fendu fabriqué à partir d’un tube de cuivre d’un diamètre extérieur de 1,270 mm et d’un diamètre intérieur de 0,813 mm. Chaque bande mesure 7 mm de long et est espacée de 0,8 mm. Le résonateur à tube fendu a été soudé sur un circuit imprimé spécialement conçu, fabriqué à partir de Téflon recouvert de cuivre.

Deux microrubans de 1 mm x 9 mm (avec une chambre d’échantillonnage intégrée de 2 mm de large, 7 mm de long et 1,58 mm de profondeur derrière le microruban) sont illustrés.

Des parties de deux microbandes double face de 1 mm x 5 mm ont été fraisées à partir d’une carte de circuit imprimé FR1 et soudées ensemble. Des inserts en acrylique contenant des canaux microfluidiques (qui contiendront l’échantillon) ont été fraisés à partir d’une tige en acrylique et utilisés pour introduire l’échantillon entre chaque bande. L’un d’eux est conçu pour conserver des échantillons de masse limitée plus importants entre les deux microbandes (en haut), tandis que l’autre ne contient que des canaux microfluidiques et est destiné aux échantillons liquides (en bas). Tous les composants ont été usinés sur une machine Mira-6

Le solénoïde a été fabriqué à partir d’une tige d’acrylique revêtue de cuivre de 6,4 mm de diamètre, réalisée sur Mira 6.

La face avant d’un microruban de 3 mm de long et de 0,15 mm de large (fabriqué à partir de téflon recouvert de cuivre) est illustrée. Le microruban contient une chambre d’échantillonnage intégrée de 1 mm de large, 3 mm de long et 1,58 mm de profondeur sur le côté opposé (voir la photo suivante).

Machine laser 5 axes NS CNC Mira 7L pour la gravure de haute précision sur métal. Hauteur des lettres 0,1 mm

Le professeur Andre Simpson à côté de sa dernière fraise NS CNC ELARA à 4 axes avec une base en granit. Décembre 2022.

Le professeur Ronnie Willaert de l'Institut de recherche sur la santé. Vrije Universiteit Brussel, Belgique

Le professeur Ronnie Willaert (Vrije Universiteit Brussel, Bruxelles, Belgique) possède une grande expertise dans la recherche sur les levures (Saccharomyces cerevisiae, Candida albicans et C. glabrata) et la biophysique des molécules uniques.

Il possède une expérience considérable dans la détection optique des nanomouvements ainsi que dans la biofabrication (y compris le développement de puces microfluidiques et de micropatterns). Il se concentre sur le développement et l’utilisation de techniques micro-nanobiotechnologiques pour étudier les cellules osseuses et les cellules de levure en microgravité (Station spatiale internationale) dans le cadre d’un projet de recherche parrainé par l’Agence spatiale européenne (ESA) et le Bureau belge de la politique scientifique (Belspo).

Actuellement, il utilise la CNC Elara (NS CNC) comme méthode de prototypage rapide pour optimiser une puce microfluidique qui sera utilisée dans le cadre du projet de l’ESA « FLUMIAS Yeast Nanomotion », où la nanomotion cellulaire de la levure sera utilisée pour évaluer l’effet des antifongiques sur la viabilité des cellules de levure dans les conditions de l’espace (ISS).

Groupe de recherche Biologie structurelle Bruxelles (SBB)

Groupe de recherche de l’Alliance VUB-UGent « NanoMicrobiologie » (NAMI)

Groupe de recherche international commun VUB-EPFL (Suisse) « BioNanotechnology & NanoMedicine » (NANO)

Dernières publications